Victor Anichebe Community Manager Sportif

Ce que les sportifs doivent retenir du tweet de Victor Anichebe

Il n’est pas rare d’effectuer une maladresse sur les réseaux sociaux. Une faute de frappe, un mot de trop, une erreur dans l’image envoyée, un mauvais destinataire… Toute personne utilisant régulièrement les réseaux sociaux ont déjà vécu ce type de situation. Les sportifs ne dérogent pas à la règle.

Le tweet maladroit de Victor Anichebe

La dernière victime en date est Victor Anichebe, joueur de football nigérian évoluant à Sunderland en première division anglaise. Suite à la défaite de son équipe le 22 octobre dernier face à West Ham, l’attaquant a tenu à partager sur Twitter des remerciements à destination des fans du club. Problème : ce message est précédé de la phrase « Can you tweet something like… » (« Est-ce que tu peux tweeter un message comme … » en français).

Cette phrase implique 2 principales possibilités :

– Soit le joueur ne partage pas lui-même ses messages sur ses réseaux sociaux et demande à une tierce personne de s’en occuper. Cette-dernière aurait donc reçu en privé la demande de Victor Anichebe, et aurait oublié d’enlever la première phrase au moment de la publication.
– Soit le joueur partage lui-même ses messages sur ses réseaux sociaux et se fait conseiller par une tierce personne. Celle-ci lui suggèrerait des messages à relayer régulièrement auprès de sa communauté. Victor Anichebe aurait donc reçu en privé la proposition de message de son conseiller et aurait oublié d’enlever les premiers mots lors de l’envoi du tweet.

Dans les 2 cas, le joueur est fautif car il montre à son public qu’il ne prend pas le temps de gérer lui même ses propres réseaux sociaux. L’histoire de ce tweet malheureux a été fortement relayé dans les médias sportifs anglais malgré le nombre d’abonnés du joueur (12 000 sur Twitter) et le fait qu’il ait rapidement supprimé son tweet.

Victor Anichebe Twitter

 

Une situation dangereuse pour les sportifs

Cette maladresse est la conséquence de la gestion des réseaux sociaux d’Anichebe par autrui. Il n’est pas le premier sportif à se faire épingler dans ce domaine. En mars dernier, c’est l’agence de communication d’un autre joueur de football qui a fait une bourde sur Twitter : Morgan Schneiderlin partage un message suite au décès de l’ancien attaquant hollandais Johan Cruyff accompagné de la photo du mauvais joueur (un gardien des Pay-Bas aujourd’hui retraité et bien vivant).

Schneiderlin erreur hommage cruyff

Mais confier ses réseaux sociaux à d’autres personnes présente d’autres risques. Cela empêche en premier lieu le sportif de partager sa propre personnalité auprès de son public. Les messages envoyés par des community managers sur les comptes des joueurs, sonnent creux et sont impersonnels. Si des personnes suivent un sportif sur Facebook ou Instagram, c’est justement pour être en contact avec lui, et non avec une tierce personne.

Quand un communicant prend en main les réseaux sociaux d’un joueur de football, il va faire attention à ne pas mener son client sur des terrains dangereux. Cela évitera au joueur de se mettre à dos une partie de ses fans et de faire trop de bruit dans médias. Une prise de position sur un sujet politique par exemple ne fera pas partie des éléments partagés en ligne. De cette façon, le sportif pratiquera sur les réseaux sociaux une communication très lisse ainsi que la langue de bois. Récemment, le joueur du Betis Séville Jonas Martin a répondu sur Twitter aux propos de François Hollande à l’égard des joueurs de football. Ce message engagé a connu un franc-succès (près de 6 000 retweets) et n’aurait pas vu le jour si le milieu de terrain français avait un community manager.


Accompagner plutôt que gérer

Toutefois, les réseaux sociaux représentent un enjeu majeur dans la carrière des sportifs de haut-niveau. En effet, le digital est devenu un élément essentiel de la stratégie d’image des joueurs de football qui a des retombées positives sur leur notoriété ainsi que sur leurs revenus.

C’est pourquoi les joueurs doivent êtres accompagnés dans leur gestion des réseaux sociaux. Avec des formations, des spécialistes peuvent les former à l’utilisation ainsi qu’aux bonnes pratiques de chaque plate-forme sociale. Ces nouvelles connaissances permettront aux sportifs de mieux communiquer auprès de leurs fans.

De plus, l’utilisation sur le long terme des réseaux sociaux requiert du temps ainsi qu’une certaine expertise. C’est pourquoi les sportifs peuvent s’appuyer sur les conseils d’experts à propos des contenus qu’ils partagent. Un conseiller aidera un joueur à mettre en place des actions qui le rapprochera de ses fans comme un jeu-concours par exemple.

Enfin, un sportif n’est pas toujours le mieux placé pour valoriser son potentiel digital. Quand on est suivi par des milliers voire des millions d’abonnés en ligne, il devient difficile de s’y retrouver parmi les nombreuses données disponibles. En se faisant conseiller, le sportif bénéficiera d’un suivi de ses performances digne d’une grande entreprise. Il sera alors un mesure de valoriser sa présence auprès de ses partenaires tels que son club ou ses sponsors.

Laisser les sportifs s’exprimer

Cependant, bien qu’un accompagnement soit nécessaire, les sportifs  qui veulent vraiment réussir sur les réseaux sociaux doivent apprendre à les gérer car ils sont les mieux placés pour parler d’eux-mêmes. Ils seront à la fois au courant de ce qu’il publie et conscient de l’utilité de cette démarche. Ils auront certainement quelques difficultés au début, mais c’est en forgeant qu’on devient forgeron. Ce sera l’occasion pour les sportifs de se familiariser avec les bonnes pratiques sur les réseaux sociaux et d’analyser l’engagement qu’ils suscitent.

De plus, un élément essentiel des réseaux sociaux est la spontanéité. Si un sportif souhaite partager un message qui lui tient à coeur, ou encore une photo qui représente un moment important à ses yeux, il peut le faire à tout moment. La gestion par une tierce personne brise cette spontanéité ainsi que l’authenticité des messages.

De cette façon, les sportifs sont beaucoup plus expressifs dans leur communication. Ils se laissent tenter par le jeu de l’humour et de la créativité, deux choses omniprésentes dans les réseaux sociaux. Ainsi on peut voir des joueurs comme Patrice Evra avoir une communication complètement débridée sur Instagram tout en attirant la sympathie de nombreux fans (il a dépassé le million d’abonnés en moins de 6 mois suivant l’ouverture de son compte). De même, l’anglais Peter Crouch mise beaucoup sur l’humour sur son compte Twitter comme on peut le voir ci-dessous avec un message à destination de Cristiano Ronaldo.

Peter Crouch Cristiano Ronaldo Twitter

Au vu des enjeux que représentent les réseaux sociaux, les sportifs de haut-niveau doivent se faire accompagnés par des professionnels du métier. Mais ces derniers ne doivent pas s’approprier tout le travail des sportifs au risque de mettre en péril leur réputation. Si vous avez des questions ou des besoins sur ce sujet, n’hésitez pas à nous contacter par mail : francois@sportacus.fr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Découvrez tous nos services pour les sportifs professionnels !Cliquez ici !
+